A masculine look at pornography – From fantasy to reality (Simon Lajeunesse)

Printer-friendly version

Comments: Also see Lajeunesse's 2009 statement to the press:

"Prof Lajeunesse interviewed 20 heterosexual male university students who consumed pornography, and found on average, they first watched pornography when they were 10 years old." Link to article


 

Point de vue masculin sur la pornographie : des fantasmes à la réalité

 

A masculine look at pornography – From fantasy to reality

Volume 22, Issue 1, January–March 2013, Pages 32–41 doi:10.1016/j.sexol.2012.08.019

Summary

Objectives

To document the impact of pornography use upon the sexual scripts of young men as well as upon their sexual careers and intimate relationships.

Methodology

For the sake of remaining neutral, and to avoid as much as possible any a priori, this research uses the grounded theory to go beyond the usual preconception about pornography. Twenty young heterosexuals between 18–25 were given the chance to express themselves on these subjects during 20 partially supervised interviews.

Results

For some of them, pornography seems to be a form of initial sexual education. For others, its erotic aspect appears only later.

Discussion

It seems that after a certain time, pornography is used to visualize some old fantasies and, sometimes, to materialize them. For many of them, masturbation and pornography merge.

Conclusion

No matter its function — information, education, satisfaction of a curiosity or arousal —, pornography seems only to amount to some sort of momentary escape, as these young men do not give much credit to this form of fantasy. In fact, it seems that pornography use is part of a dynamic and diachronic relation in young people. This research allows the development of interventions specifically adapted to masculinity issues.

Résumé

Objectifs

Documenter les effets de l’utilisation de la pornographie sur les scripts, carrière sexuelle, et relations intimes de jeunes hommes.

Méthodologie

Dans un souci de neutralité et pour éviter le plus possible tout a priori, cette recherche utilise la construction empirique de la théorie, afin d’aller au-delà des idées préconçues au sujet de la pornographie. Dans le cadre d’entrevues semi-dirigées, nous donnons la parole à 20 jeunes hommes hétérosexuels de 18 à 25 ans, afin de documenter les effets de l’utilisation de la pornographie sur leurs scripts et leur carrière sexuels, ainsi que sur leurs relations intimes.afin de documenter les effets de l’utilisation de la pornographie sur leurs scripts et leur carrière sexuels, ainsi que sur leurs relations intimes.

Résultats

Pour certains jeunes, elle serait, au début, une forme d’éducation sexuelle. Pour d’autres encore, elle n’acquiert de signification érotique que plus tard. Par la suite, la pornographie constituerait un moyen de visualiser des fantasmes qu’ils avaient déjà imaginés, et elle leur fournirait parfois des manières précises de les réaliser.

Discussion

Pour plusieurs, la masturbation et pornographie se confondent. Information, éducation, satisfaction d’une curiosité ou excitation, la fonction de la pornographie ne se résumerait, aux yeux des jeunes hommes, qu’à un moment d’évasion, ceux-ci n’accordant en définitive que peu de crédibilité à cette forme d’imagerie.

Conclusion

Il semble en fait que l’usage de la pornographie s’inscrive dans une relation dynamique et diachronique chez les jeunes. Cette recherche permet de concevoir des interventions adaptées aux problématiques masculines.

Mots clés

  • Pornographie;
  • Script;
  • Fantasmes;
  • Éducation sexuelle;
  • Masculin

Keywords

  • Pornography;
  • Scripts;
  • Fantasies;
  • Sexual education;
  • Masculine

Auteur correspondant.

1 Service social, professeur associé à l’université de Montréal, simonlouislajeunesse.com.

2 Service social, professeur à l’université d’Ottawa.